Le syndic demain

J’ai reçu un sondage d’un prestataire œuvrant dans l’envoi des convocation et procès-verbaux d’Assemblées Générales de copropriété. Il interrogeait les syndics sur l’évolution de leur mission.

C’est une question intéressante car, comme les nombreux métiers de services qui existaient avant le développement d’Internet, il n’est pas imaginable de poursuivre notre activité sans nous remettre en question, et remettre en question l’articulation qui existe entre le Syndicat de Copropriétaires et les copropriétaires, le Syndic et le Conseil Syndical.

Plusieurs réflexions militent en ce sens :

  1. les progrès informatiques rendent accessible les savoirs du métier de syndic par beaucoup ;
  2. la dématérialisation et la GED (la Gestion Électronique des Documents) qui y est souvent associée met à la disposition de tous les copropriétaires les documents concernant leur copropriété, alors que beaucoup de copropriétaires ne sont pas formés à l’analyse de ces documents, demandant des explications au syndic ;
  3. les copropriétaires utilisent désormais 3 canaux de communication : le téléphone, le courrier et le mail, et souvent les 3 pour le même sujet ;
  4. la concurrence tend les tarifs des honoraires.

La solution me parait se dessiner dans la dématérialisation, mais parallèlement les syndics doivent être plus performants pour moins cher : il faut donc parvenir à interfacer sur un même outil de gestion :

  • les documents dématérialisés quels qu’ils soient ;
  • les demandes en entrées quels que soient les canaux (déplacement au cabinet, téléphone, fax, courriers, mails) ;
  • le suivi de ces demandes ;
  • les flux financiers.

Il me semble que les logiciels métiers soient les seuls légitimes à proposer les réponses à cette problématique, et les acteurs connexes aux métiers de l’administration de biens doivent donc nécessairement collaborer avec les éditeurs de logiciels métiers pour faire progresser ce métier qui, si difficile soit-il, reste passionnant.

Restaurant L’Air du Temps

De nouveaux responsables sont arrivés sur le site des Cottages du Puy d’Agnoux à Meyrignac l’Église, et  un nouveau chef est désormais en charge du restaurant. J’ai cru comprendre qu’il s’agissait plutôt d’une chef(taine), et qu’elle était spécialisée en desserts. Au passage, le restaurant a été baptisé : L’Air du Temps.

J’ai hâte de découvrir cela la semaine prochaine où nous nous rendons, avec notre association Arkapac, pour passer quelques jours dans cette Corrèze qui a « produit » le plus grand nombre de Présidents de la République depuis la Révolution Française.